Home » Nouvelles internationales » Europe » Europe du Sud » Grèce

En tournée européenne, le dirigeant du parti grec SYRIZA, Tsipras, promet de rembourser les banques

Par Alex Lantier
23 mai 2012

Alexis Tsipras, le dirigeant de la Coalition de la Gauche radicale (SYRIZA), en visite hier à Paris, a rencontré les responsables du Front de Gauche, avant de poursuivre son voyage aujourd’hui à Berlin. A Berlin, Tsipras doit rencontrer les dirigeants du parti allemand Die Linke, Gregor Gysi et Klaus Ernst.

A Paris, Tsipras a rencontré Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste français stalinien (PCF) et le candidat du Front de Gauche aux élections présidentielles de ce printemps, Jean-Luc Mélenchon. En plus d’une conférence de presse avec Laurent et Mélenchon, il a tenu un discours devant quelque 300 membres du Front de Gauche rassemblés devant le bâtiment de l’Assemblée nationale.

SYRIZA arrive en tête des sondages pour les élections le mois prochain en Grèce en raison de ses critiques contre les mesures de rigueur imposées par l’Union européenne (UE) à la Grèce depuis 2009. Un sondage publié dimanche dans le journal Kathemerini montre que SYRIZA a des chances de remporter une majorité et pourrait éventuellement former un gouvernement après les élections du 17 juin. Les élections ont été prévues après l’échec des partis grecs à former un gouvernement de coalition sur la base des élections du 6 mai. Avec 28 pour cent des intentions de vote SYRIZA devance à la fois Nouvelle Démocratie qui recueille 24 pour cent et le parti social-démocrate PASOK.

Le but de la tournée de Tsipras est de rassurer les banques et les principales puissances impérialistes qu’en dépit de ses critiques contre les renflouements, il sera un partenaire fiable au cas où SYRIZA gagnerait les élections et formerait un gouvernement. Dans une longue interview accordée dimanche à Reuters – dont le journal britannique The Guardian et le quotidien français Les Echos ont repris des extraits – Tsipras a souligné qu’il soutenait l’UE et avait l’intention de rembourser les banques et de poursuivre les « réformes » lancées par PASOK.

Tsipras a fait savoir à Reuters qu’il se rendait à l’étranger parce que « nous voulons que les gouvernements de ces grands pays de l’Union européenne, comme la France et l’Allemagne, voient ce que nous défendons : ce qui se dit sur nous en Europe ne correspond pas à ce que nous sommes et à ce que nous voulons». Il a ajouté, « Nous ne sommes nullement une force anti-européenne ».

En remarquant que l’argent des contribuables européens avait été « gaspillé » au cours de deux renflouements bancaires précédents accordés à la Grèce à la hauteur de plusieurs milliards d’euros, Tsipras a expliqué qu’il cherchait à créer de meilleures conditions pour le remboursement des banques.

Il a dit : « Nous voulons utiliser la solidarité et le financement européen pour créer la base des réformes que nous mènerons à long terme. Mais il faut que nous sachions que nous aurons échappé d’ici deux-trois ans à ce tourbillon qui nous porte vers le bas. Nous aurons la croissance et nous pourrons rembourser l’argent qu’ils nous ont donné. En aucune façon nous ne pourrions rembourser si nous continuions » avec les renflouements dans les conditions actuelles.

Tsipras a discuté avec Reuters de la politique économique du gouvernement Obama en le louant d avoir rendu « la récession moins sévère qu’en Europe ». Il a souligné qu’Obama et le président français nouvellement élu, François Hollande, s’étaient apparemment mis d’accord sur la Grèce lors de leur réunion ce week-end au sommet du G8 à Camp David.

Ici, Tsipras a insisté sur une position qu’il avait avancée à plusieurs reprises : que l’Europe doit adopter la politique du gouvernement Obama pour réagir à la crise économique. Dans une entrevue accordée le 18 mai au New York Times, il avait expliqué que le message qu’il adressait au G8 est que « nous devons faire pression sur [la chancelière allemande Angela] Merkel pour qu’elle suive l’exemple de l’Amérique où l’on n’a pas abordé la crise de la dette avec des mesures d’austérité, mais plutôt avec une approche expansionniste ».

Le New York Times a commenté, « Les arguments de M. Tsipras ne sont pas si différents de ceux défendus par certains dirigeants rassemblés au sommet du Groupe des 8 à Camp David ».

Tsipras considère clairement à la fois Obama et le nouveau gouvernement français comme ses alliés. En parlant avec Reuters, il a dit : « Lors de la réunion Hollande-Obama, la principale question était ce qui se passait en Grèce. Jusqu’à hier, [c’est-à-dire la publication du communiqué du G8], ce qui se passerait en Grèce était décidé : le peuple et les travailleurs seraient écrasés, les droits du travail seraient anéantis… Pour la première fois depuis bien longtemps, nous avons des conditions et des modalités pour faire en sorte que cette négociation soit dans l’intérêt du peuple et contre les banques et le capital».

Cette dernière envolée lyrique de Tsipras ne fait que souligner la malhonnêteté fondamentale de la politique de SYRIZA. Tout en faisant appel aux électeurs en affirmant qu’elle rejette la rigueur et qu’elle défend « le peuple», elle fait entendre un autre son de cloche dans des interviews destinés aux gouvernements impérialistes et aux homologues parlementaires de SYRIZA en Europe. Là, SYRIZA explique qu’elle vise seulement à renégocier les termes de la répression de la classe ouvrière en Grèce afin de pleinement « rembourser » le capital financier mondial tout en évitant une explosion du mécontentement de la classe ouvrière.

SYRIZA, quant à elle, est tout à fait consciente que ses intérêts sont liés à ceux des gouvernements capitalistes sur le plan international et qu’elle craint une opposition sociale grandissante au sein de la classe ouvrière. Comme Tsipras l’avait dit au New York Times, une décision de l’UE d’expulser la Grèce de la zone euro en représailles pour une victoire de SYRIZA « scierait la branche sur laquelle nous sommes tous assis ».

Rien n’étale plus clairement au grand jour le caractère anti-ouvrier du programme de SYRIZA que le soutien de Tsipras pour la politique d’Obama. Alors que les banques ont reçu des centaines de milliards de fonds publics de Washington et que quelque 7,7 milliers de milliards de dollars ont été imprimés par la Réserve fédérale, Obama est en train de lancer une attaque féroce contre les travailleurs. Des millions de travailleurs ont perdu leur emploi, les conditions sociales sont en train de se désintégrer, les frais de scolarité augmentent en flèche et les travailleurs sont confrontés à des réductions drastiques de salaire – mises en évidence par les baisses de salaire de 50 pour cent pour les salariés nouvellement embauchés dans l’industrie automobile.

Ceci justifie l’opposition constante affichée par le World Socialist Web Site à l’encontre de SYRIZA et de ses partenaires internationaux, y compris le Front de Gauche français et le parti Die Linke en Allemagne.

Dans sa perspective « La Grèce et la crise mondiale du capitalisme », le WSWS a qualifié SYRIZA de « parti qui représente une section de la bourgeoisie grecque qui veut des remboursements encore plus grands de la dette pour éviter un effondrement économique et des altérations cosmétiques dans les termes de la réduction du déficit afin de faire taire l'opposition populaire. SYRIZA défend catégoriquement l'Union européenne et l'euro, tout en se présentant comme opposée à l'austérité, mais la quadrature du cercle est impossible. L'austérité et les attaques toujours plus brutales contre la classe ouvrière sont une exigence faisant partie intégrante de l'UE des banquiers et de l'ordre capitaliste qu'elle défend».

SYRIZA ne représente pas une opposition socialiste au capitalisme mais une couche de parlementaires riches et de carriéristes qui sont en train de planifier la possibilité qu’ils pourraient prendre le pouvoir. C’est ce que les médias européens qui, il faut le dire, disposent d’une considérable expérience avec ce genre de type social, comprennent parfaitement bien.

En félicitant les assistants de Tsipras qui portent des « sacs Louis Vuitton et des lunettes de soleil à la mode », le Guardian a terminé son compte-rendu de l’interview de Tsipras avec Reuters en concluant joyeusement que Tsipras « paraissait être en train de se préparer au pouvoir et de modérer son ton ».

Il n’y a pas grand-chose à ajouter à une telle évaluation qui décrit les habitudes personnelles de la « gauche » petite bourgeoise européenne.

(Article original paru le 22 mai 2012)