Home » Nouvelles internationales » Europe » Europe de l'Ouest » Allemagne

Résultats du Parti de l’Egalité sociale (PSG) dans les élections régionales à Berlin

Par Christoph Dreier
22 septembre 2011

Le Parti de l’Egalité sociale (Partei für Soziale Gleichheit, PSG) a obtenu dimanche un total de 1.687 voix aux élections au Sénat de Berlin. Ceci représente le triplement de ses voix par rapport aux dernières élections d’il y a cinq ans et le score est le plus élevé que le parti ait jamais recueilli dans la capitale, de toutes les campagnes qu’il y a menées, pour les élections européennes, fédérales et régionales.

Pas moins de deux partis – le Parti pirate (Die Piratenpartei) et le groupe satirique Le Parti (Die Partei) – ont été promus par les médias comme un moyen « sûr » pour exprimer le mécontentement populaire. Ceci signifie que les votes en faveur du PSG ne sont pas juste l’expression d’une insatisfaction générale et de la protestation mais bien plutôt une décision consciente de soutenir son programme révolutionnaire.

Le résultat est d’autant plus remarquable que les médias bourgeois avaient fait peser une chape de plomb sur la campagne électorale du PSG. Mis à part deux courts articles cachés dans deux journaux berlinois, la seule occasion que le PSG a eue pour expliquer sa politique à travers les médias bourgeois a été le passage de l’un de ses candidats dans un bref spot télévisé sur une chaîne de télévision locale. Tous les autres journaux, radios et chaînes de télévision ont refusé de dire le moindre mot sur la campagne du PSG –manifestement par endroit en raison d’une franche hostilité politique. De plus, contrairement aux autres partis, le PSG ne bénéficie d’aucune subvention ou don de grandes entreprises pour l’assister dans la propagation de sa perspective.

L’accroissement du nombre de voix est donc principalement dû au soutien formidable que le PSG a reçu tout au long de la campagne. Au cours de ces sept dernières semaines, des dizaines de personnes impliquées dans la campagne électorale ont collé des milliers d’affiches, distribué plus de 200.000 dépliants et diffusé la campagne politique du PSG dans les réseaux sociaux. D’innombrables discussions ont été menées à des centaines de stands d’information dressés partout dans la ville. Toutes ces activités font preuve d’un soutien considérable pour le PSG qui a été en mesure d’établir un grand nombre de nouveaux contacts et d’adhérents.

Le vote du PSG a été particulièrement fort dans les régions où il avait concentré sa campagne. Dans les districts de Spandau, Steglitz, Köpenick ou Reinickendorf le résultat a été plutôt faible, à Neukölln le parti a par contre multiplié par six son score en passant à 0.2 pour cent et par cinq à Friedrichshain-Kreuzberg (0.3 pour cent). A Neukölln, 185 personnes ont voté pour le PSG (30 en 2006) et à Friedrichshain-Kreuzberg 270 électeurs se sont prononcés pour le parti (55 en 2006).

Lors des élections au Conseil de l’assemblée de district (Bezirksverordnetenversammlung, BVV) à Friedrichshain-Kreuzberg, le PSG a recueilli 0,4 pour cent des votes – son meilleur score exprimé en pourcentage jamais atteint dans une élection. Les citoyens et les jeunes de plus de 16 ans avaient également le droit de voter à la BVV. Dans certains districts électoraux de ces mêmes circonscriptions, le PSG a remporté jusqu’à 3,1 pour cent des voix.

Par rapport aux campagnes vides de contenu des autres partis, le PSG s’est concentré sur des questions brûlantes d’ordre international en soulignant le besoin d’une perspective révolutionnaire. Il a appelé à l’expropriation des banques et à leur placement sous le contrôle démocratique de la population. Lors d’une réunion électorale finale samedi dernier, il y avait des délégations venues de France et de Grande-Bretagne ainsi que de nombreux travailleurs et de jeunes de Berlin.

« Nous avons fait un sérieux pas en avant avec cette campagne » a déclaré Ulrich Rippert, le chef de file des candidats lors de la fête du parti dimanche soir. « Nous avons mené une campagne en tant qu’alternative révolutionnaire qui a confiance en soi et qui a suscité beaucoup d’intérêt parmi les travailleurs et les jeunes non seulement dans cette ville, mais internationalement. Des dizaines de milliers de Berlinois ont recueilli des informations sur notre programme et des centaines ont été en contact avec nous. »

Dans le même temps, a-t-il ajouté, on a pu observer qu’alors que les travailleurs ont exprimé de l’intérêt pour notre programme et ont étudié nos perspectives internationales, nombre d’entre eux restent encore réticents à tirer des conclusions révolutionnaires et à franchir le pas en s’engageant positivement dans le travail et les activités du PSG. « Un grand nombre de gens nous observent à présent en suivant ce que nous avons à dire, » a dit Rippert, « Ils se tourneront activement vers nous dans la mesure où la lutte de classe se développera ouvertement en Allemagne. »

(Article original paru le 20 septembre 2011)