Home » Nouvelles internationales » Europe » Europe de l'Ouest » Allemagne

Allemagne: La manifestation de Bielefeld soutient les révolutions arabes

Par nos reporters
16 mars 2011

Plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées, samedi 5 mars, dans la ville allemande de Bielefeld, en Rhénanie-du-Nord/Westphalie, pour exprimer leur soutien aux révolutions au Moyen Orient et en Afrique du Nord, et pour protester contre les mesures répressives appliquées par le dictateur libyen Kadhafi.

Une foule constituée en grande partie de jeunes manifestants s’est rassemblée sur la Jahnplatz, la place centrale de Bielefeld, en déroulant des banderoles disant, « Solidarité avec le mouvement arabe pour la démocratie, » « Kadhafi tueur de masse » et « Touche pas à Gaza ! »

La manifestation avait été organisée par des personnes qui voulaient exprimer la solidarité de la population ouvrière et des jeunes en Allemagne avec les manifestations de masse et les soulèvements dans les pays arabes. Le rassemblement avait été publié sur Facebook et s’était fait connaître par le bouche à oreille. Aucun parti ou groupe officiel n’avait fonction d’organisateur du rassemblement.

Des partisans du World Socialist Web Site ont distribué des tracts d'articles actuels et mené des discussions avec les manifestants. Les personnes présentes étaient totalement opposées à une quelconque intervention militaire de la part des puissances occidentales en Libye.

Mais, dans le même temps, il y avait une confusion et un désaccord sur la manière d’évaluer les agissements du gouvernement allemand et des autres puissances impérialistes. Les organisateurs de la manifestation avaient rédigé une lettre ouverte à l’adresse du ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, dans laquelle ils l’appelaient à « empêcher une zone d’exclusion aérienne et toute intervention militaire en Libye » et à « réclamer la levée de l’état d’urgence [en Egypte et en Tunisie], la libération de tous les prisonniers politiques et le respect des droits de l'homme. »

De fait, au cours de ces quelques dernières décennies, la politique étrangère allemande a continuellement soutenu les dictatures des pays arabes et il est tout à fait irréaliste de s’attendre à un quelconque changement fondamental de politique de la part de l’actuel ministre des Affaires étrangères.

Lorsque les membres du WSWS ont fait ressortir ce point à l’un de ceux qui avaient rédigé la lettre, un autre défenseur de ce point de vue a dit, « Certainement, les pays occidentaux poursuivent leurs propres intérêts en Libye, mais peut-être qu’ils reconnaissent maintenant que ces dictateurs ne protègent pas leurs intérêts et qu’il vaut mieux collaborer avec des démocraties. »

Un manifestant originaire du Maroc a souligné le besoin de soutenir les insurgés en Libye dans le but de stopper Kadhafi : « On doit l’empêcher de bombarder son propre peuple, mais nous ne voulons pas d’une opération militaire venant de l’Occident. Ce qui est arrivé en Libye ces derniers jours est intolérable. Nous ne pouvons pas simplement regarder sans rien faire. Nous sommes ici pour soutenir les insurgés afin de faire dégager le meurtrier de masse Kadhafi. »

Deux étudiants ont dit au WSWS, « Nous sommes ici parce que nous voulons attirer l’attention sur ce qui se passe en Libye maintenant, et pour apporter un soutien moral aux gens là-bas qui sont en train de lutter contre Kadhafi. Que peut-on faire d’ici ? Nous sommes opposés à une intervention militaire de l’OTAN ou des Européens ou des Américains ! Mais nous devons nous dresser et montrer aux gens que nous soutenons le mouvement pour la liberté et la démocratie dans les pays arabes.

« Par le biais du mouvement dans les pays arabes, nous espérons arriver à plus de démocratie et à la fin de la persécution. Nous connaissons beaucoup de gens qui n’ont pas pu, des années durant, se rendre dans leurs pays d’origine parce que des peines de prison les y attendaient. En Egypte et ailleurs, l’on était continuellement menacé par la répression et la brutalité policières. Nous voulons que cesse l’oppression là-bas et sur le plan international et, comme on dit en arabe, que personne ne ‘reste assis sur la tête’ du peuple arabe. Nous avons besoin d’une autodétermination authentique.

« Les questions sociales sont également en jeu. Nous sommes opposés à toute la corruption qui débute avec le certificat de naissance et au fait que les riches deviennent de plus en riches sans jamais vouloir partager ou même investir leur richesse. »

(Article original paru le 11 mars 2011)