Home » Nouvelles internationales » Europe » Europe du Sud » Grèce

Le gouvernement Grec impose un nouveau budget d'austérité

Par Robert Stevens
13 décembre 2011

Tôt le mercredi matin, le gouvernement « technocratique » non-élu grec de l'ex-banquier central Lucas Papademos a fait voter un budget d'austérité brutal. Approuvé par 258 députés contre 41, il était soutenu par les trois partis actuellement au gouvernement : le Mouvement socialiste panhellénique (PASOK), Nouvelle démocratie, et les néo-fascistes du parti LAOS.

Pour le PASOK, parti majoritaire dans cette coalition, le vote était la suite logique de ses actions passées qui ont consisté à appliquer toutes les attaques exigées par l'élite financière au cours des deux dernières années. Quant au parti conservateur Nouvelle démocratie (ND), l'accord qu'il y a donné démontre que sa longue opposition aux mesures d'austérité précédentes n'était qu'une feinte.

Même maintenant, ND continue à affirmer qu'il est contre certains aspects des coupes sociales et a demandé de nouvelles élections l'an prochain. Cependant, rien que le mois dernier, le dirigeant du ND Antonis Samaras a signé une lettre que les autres partis de gouvernement avaient approuvée et qui leur demandait d'appliquer les mesures d'austérité exigées par la "troïka" – l'Union européenne (UE), la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI). Maintenant il a voté pour le nouveau budget tout en déclarant « Nos désaccords persistent […] nous approuvons le budget parce que c'est une priorité absolue pour sauvegarder la viabilité de la dette grecque. »

Le vote du budget était nécessaire pour le versement de 8 milliards d'euros de prêts accordés par la troïka. Sans cela, l'Etat grec aurait été en faillite ce mois-ci.

Ces mesures comprennent 5 milliards supplémentaires de réductions des dépenses et encore 3,6 milliards de taxes supplémentaires. Les retraites seront réduites de 15 pour cent à partir du 1er janvier, et les salaires devront encore baisser.

Le déficit budgétaire devrait être réduit à 5,4 pour cent du PIB en 2012 contre 9 pour cent cette année. Pour comparaison, le plafond autorisé dans l'UE est de 3 pour cent et les précédentes prévisions du gouvernement grec pour l'an prochain étaient de 6,8 pour cent. De plus, une « taxe de solidarité sur le revenu » imposée de manière « exceptionnelle » au début de l'année devrait rester en place pour au moins trois ans.

Avant le vote, le vice-président américain Joseph Biden a rencontré Papademos, Samaras et l'ex-Premier ministre PASOK George Papandréou. Il leur a demandé de faire passer le nouveau budget, déclarant, « Nous sommes à vos côtés et solidaires au moment où vous êtes confrontés à des exigences très difficiles de la part du FMI et de l'UE. »

Au cours du débat sur le budget, Papademos a insisté sur le fait que la Grèce allait faire face à des années d'austérité. Il a déclaré, « La crise financière de notre pays n'est pas une tempête passagère. Étant donné la taille des problèmes, notre effort national ne sera pas terminé en 2012. Cela prendra de nombreuses années, et demandera des efforts et de la détermination de la part de plusieurs gouvernements. »

Le PASOK se positionne pour être le principal acteur de l'imposition de cet assaut draconien contre la population en faisant partie d'un gouvernement non élu sans aucun mandat démocratique pour diriger le pays. Elias Mossialos, député très connu du PASOK et ex-porte-parole du gouvernement a déclaré cette semaine que le régime de Papademos devrait rester au pouvoir encore deux ans.

Le ministre PASOK des finances, Evangelos Venizelos, a affirmé que ce budget était « un outil pour sortir de la crise. » En réalité, ce budget et les autres attaques qui y sont liés ne sont que les dernières étapes des efforts de l'oligarchie financière internationale pour faire peser de force le fardeau de la crise économique sur la classe ouvrière européenne en détruisant leurs emplois, leurs salaires et leurs conditions de vie.

La semaine prochaine, des représentants de l'UE et du FMI doivent se rendre à Athènes pour discuter des termes d'un plan supplémentaire de 7 milliards d'euros de réductions des dépenses et d'augmentation des taxes pour 2013-2014. Ce sera la base de discussion pour de nouveaux prêts à la Grèce d'environs 130 milliards d'euros. En octobre, la troïka avait renégocié la dette souveraine grecque dans un accord qui comprenait une annulation de 50 pour cent de la valeur de la dette grecque due aux banques privées.

Christine Lagarde, directrice exécutive du FMI, a déclaré cette semaine que les mesures d'austérité n'avaient pas été appliquées assez rapidement et que la Grèce était « dans une phase difficile avec des réformes structurelles avançant lentement, une économie faible et un environnement extérieur qui se dégrade. » Elle a appelé à une « prompte application des réformes fiscales sous-jacentes qui sont nécessaires pour réduire la taille du secteur public et renforcer les rentrées d'impôts. »

Une indication de ce qui se prépare a été donnée cette semaine par le quotidien Kathemerini. Il a rapporté qu'à partir de janvier, 19 000 travailleurs supplémentaires du secteur public seront mis à la retraite anticipée d'office ou placés dans un « contingent de réserve » dans lequel leurs salaires seront réduits de 40 pour cent pour un an. 7000 d'entre eux travaillent dans des institutions publiques qui devront fermer entièrement ou fusionner avec d'autres organisations.

La semaine dernière, le gouvernement a commencé à transférer 14 000 autres fonctionnaires civils dans ce contingent de réserve. Le PASOK avait accepté cela en octobre dans le cadre d'un plan plus général visant 30 000 travailleurs.

Durant ces deux dernières années, les plans d'austérité mis en place par le PASOK ont fait que chaque homme, femme et enfant en Grèce est endetté de plus de 30 000 euros.

Des millions de grecs vivent actuellement dans une extrême pauvreté, avec près d'un million d'entre eux officiellement au chômage. Des statistiques publiées le mois dernier par le Banque de Grèce ont établi que dans une population de seulement 11 millions, 500 000 personnes vivent dans des foyers qui n'ont absolument aucun revenu, tous leurs membres étant au chômage. La banque a dit que cela représente 12,9 pour cent de la main d'œuvre totale disponible, contre 9,8 pour cent auparavant. Les revenus bruts ont chuté de 6,3 pour cent cette année, et avaient déjà baissé de 9,1 pour cent en 2010.

Le chômage a atteint un record de 18,4 pour cent en août, les jeunes étant les plus durement touchés. Le taux de chômage dans la catégorie des 15-24 ans a augmenté jusqu'à 46,4 pour cent contre 43,5 en août.

Dans le même temps, des dizaines de milliards d'euros viennent remplir les banques grecques suite à l'accord d'octobre avec la troïka. Cet accord a réservé 30 milliards d'euros à la « recapitalisation » des banques. Maintenant, il y en aura encore plus pour elles. Récemment, le ministre des financiers Venizelos a annoncé que les banques avaient besoin d'au moins 40 milliards d'euros pour éviter la faillite.

Comme pour les mesures appliquées par le PASOK, les coupes imposées par Papademos ne feront rien pour empêcher l'effondrement économique de la Grèce, dont la récession est alimentée par la crise de la dette souveraine de toute la zone euro. L'économie grecque a continué à se contracter drastiquement (de plus de 5,5 pour cent déjà cette année). L'an prochain, l'économie entrera dans sa cinquième année consécutive de récession.

D'après les données publiées par le service des statistiques ELSTAT, le rythme annuel de la contraction de la production industrielle s'est accéléré après une baisse de 1,7 pour cent en septembre à 12,3 en octobre. La production industrielle a décliné de 11,9 pour cent. Cela après une baisse de la production de 5,8 pour cent en 2010.

Dans son bilan économique de la Grèce de 2011, publié plus tôt dans l'année, l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) a décrit les mesures d'austérité du PASOK comme « impressionnantes. » Il y est écrit, « Les coupes dans le déficit public sont sans précédent. »

L'OCDE poursuit, « Les autorités devraient continuer ce processus de réformes vigoureux et leurs efforts pour convaincre les marchés de leurs capacités à appliquer les ajustements économiques fondamentaux. »

Dans son rapport récemment publié sur les Prévisions économiques mondiales, l'OCDE a prévu un effondrement encore plus important de l'économie, de 6,1 pour cent cette année et d'encore 3 pour cent en 2012. Dans un contexte où les conditions sociales de la population sont renvoyées à ce qu'elle n'avait connu qu'en temps de guerre jusqu'à présent, l'OCDE, s'exprimant au nom de la bourgeoisie internationale, exige que la classe ouvrière soit forcée à accepter encore plus de privations. « Tout affaiblissement de la détermination des autorités à appliquer entièrement le programme d'ajustement de la troïka augmenterait de risque d'un défaut de remboursement de la dette, » dit-elle.

Le gouvernement s'en remet pleinement à la bureaucratie syndicale pour mener à bien son projet. Le 1er décembre, les syndicats ont appelé à une nouvelle grève générale de pure forme, la septième de l'année.

En réaction à l'hostilité de la classe ouvrière devant ce programme d'austérité, laquelle se voit dans les manifestations massives qui ont eu lieu durant la grève générale de 48 heures en octobre, les syndicats œuvrent à empêcher tout mouvement qui menace la domination capitaliste. Entre les grèves, ils ont saboté toutes les luttes de la classe ouvrière. Rien que cette semaine, le syndicat des travailleurs du métro à annulé une grève de 48 heures prévue à Athènes après avoir obtenu un accord avec la direction.

Les désillusions de la classe ouvrière sur le rôle démobilisateur des syndicats étaient évidentes dans les manifestations plus petites à Athènes et dans d'autres villes durant cette dernière grève générale. En commentant la participation plus faible, Mary Bossis, professeur de sécurité internationale à l'Université du Pirée, a expliqué que cela ne dénotait pas un manque d'opposition au nouveau gouvernement. « Il y a une colère silencieuse, quelque chose comme une tension sous-jacente, et c'est dangereux, » a-t-elle dit.

Cela a été confirmé par un sondage publié jeudi qui donne 80 pour cent des sondés non satisfaits par le nouveau gouvernement.

Alors que le dernier budget en date était débattu et voté, des manifestations de milliers de jeunes et d'étudiants avaient lieu devant le bâtiment du Parlement pour commémorer la mort d'un lycéen de 15 ans abattu par la police en 2008. La police a utilisé des gaz lacrymogènes et des grenades incapacitantes pour disperser les jeunes violemment. Quarante-six personnes ont été appréhendées. Des manifestations ont également eu lieu à Thessalonique, où la police a fait sept arrestations.

(Article original paru le 10 décembre 2011)