Home » Nouvelles internationales » Europe » Allemagne » France

Merkel et Sarkozy proposent une dictature financière

Par Peter Schwarz
22 août 2011

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy se sont rencontrés mardi 16 août à Paris pour un sommet d’urgence et discuter de la manière de contenir la crise de l’euro et de rassurer les marchés. Mais ce qui en a résulté n'est absolument pas à la hauteur des attentes suscitées.

Merkel et Sarkozy se sont mis d’accord sur trois propositions visant à démontrer ce qu’ils ont déclaré être leur « volonté absolue de défendre l’euro ». Toutefois, ils n’ont pas été au-delà de mesures discutées antérieurement et auxquelles les experts donnent peu de chance de se concrétiser.

En première place se trouve la création d’un « gouvernement économique européen » pour mieux coordonner la politique économique et financière des 17 pays de la zone euro. Merkel et Sarkozy ont proposé que les dirigeants des gouvernements de la zone euro se réunissent à cet effet deux fois par an sous la présidence du président du Conseil de l’Union européenne, Herman Van Rompuy.

Un tel gouvernement économique avait été annoncé précédemment en février de cette année lors d’un sommet extraordinaire de l’UE et cette annonce n’avait pas réussi à endiguer la crise de l’euro. Du fait d’une initiative franco-allemande conjointe, Van Rompuy avait alors été chargé d’élaborer un « un pacte pour l’euro, » qui a été adopté en mars lors d’une deuxième réunion spéciale.

Le pacte engage les pays de la zone euro à coopérer plus étroitement sur les questions financières, pour limiter la dette publique [la règle d’or] et pour accepter des objectifs communs concernant les salaires, les retraites et les impôts. En contrepartie, le gouvernement allemand est d’accord pour accepter une augmentation du fonds européen de secours et l’instauration d’un mécanisme de sauvetage permanent de l’euro.

Au printemps dernier, Merkel et Sarkozy avaient déjà proclamé, comme maintenant à Paris, que « 2011 doit être l’année de la confiance retrouvée dans l’euro. » Ils ont fait la même promesse en recourant presque au même langage à leur sommet de mardi. Ce qui différencie les nouvelles propositions des propositions précédentes n'apparaît pas clairement.

La deuxième proposition faite cette semaine par Merkel et Sarkozy n’est pas non plus nouvelle. D’ici 2012, tous les 17 pays de la zone euro doivent inscrire dans leur constitution une « règle d’or » sur l’équilibre des comptes publics, conformément au modèle allemand. Ceci est censé garantir que tous les pays respectent strictement les mesures d’austérité, indépendamment des résultats électoraux ou de changements de gouvernement.

Etant donné que dans la plupart des pays un amendement constitutionnel requiert une majorité des deux tiers, il y a peu de chance que cette proposition soit promulguée même si tous les gouvernements devaient l’accepter, ce qui est loin d’être certain. En France, Sarkozy ne dispose pas de la majorité nécessaire à une telle décision.

Même la troisième proposition de Merkel et de Sarkozy – l'imposition des opérations financières – n’a selon les experts aucune chance d’être concrétisée. Une telle taxe ne serait efficace que si le Royaume-Uni et les Etats-Unis faisaient de même mais ils refusent ce procédé. La proposition vise à attirer des forces supposées de « gauche » qui exigent depuis longtemps une telle « taxe Tobin. »

La réaction des experts allemands des médias et de la finance à ce sommet oscille fortement entre la déception et la moquerie. « Des grands mots, de petits actes » a écrit Spiegel Online. « Une mini-réforme pour l’Europe, » a déclaré le journal économique Handelsblatt.

La banque allemande Commerzbank a dit en parlant de l’issue du sommet, « On s’attendait à ces résultats, mais ils ne devraient que difficilement fournir un vent favorable à l’euro. » Les marchés boursiers européens ont ouvert mercredi dans le rouge, mais ont légèrement repris des couleurs durant la journée.

Merkel, Sarkozy et les autres dirigeants européens ont perdu le contrôle de la crise qui a débuté en 2007 sur le marché américain des subprime (prêts hypothécaires) pour se répandre en 2008 aux banques et s’attarder à présent sur la dette gouvernementale européenne. Les renflouements des banques à hauteur de plusieurs milliers de milliards d’euros se sont avérés incapables de surmonter la crise tout comme les drastiques plans d’austérité auxquels ont dû se soumettre la Grèce, l’Irlande, le Portugal et les autres pays lourdement endettés.

Depuis que Merkel et Sarkozy ont annoncé en février leur « Pacte pour l’euro », qui était censé sauver la monnaie commune, des sommets ont eu lieu à un rythme bimensuel au niveau bilatéral, européen et international. En dépit de tout cela, la crise de la dette des pays plus petits à la périphérie de la zone euro s’est propagée à l’Espagne, l’Italie et menace maintenant la France. Entre-temps, la croissance économique en Europe et en Allemagne s’est effondrée, ce qui aggrave davantage encore la crise de la dette.

La panique de ces deux dernières semaines sur le marché boursier a été alimentée par des rumeurs, entre autres que la notation des obligations du gouvernement français pourrait être abaissée et que la première banque française, la Société générale, connaissait des difficultés de paiement. Le président Sarkozy a invité la chancelière allemande à participer au sommet de crise dans le but d’apaiser les marchés. Mais, le résultat de la réunion signifie que la prochaine crise ne tardera pas à venir.

Malgré les maigres résultats, la réunion entre Merkel et Sarkozy a été plus qu’une opération de relations publiques ratée. Tous deux ont fait savoir aux marchés financiers leur volonté de faire passer davantage de plans d’austérité et l’instauration d’une espèce de dictature financière européenne. Il leur faut tout juste plus de temps.

Même avant la rencontre, il apparaissait clairement qu'on ne peut sauvegarder l’euro, et avec lui l’Union européenne, si l’Allemagne ne met pas davantage la main à la poche pour satisfaire les banques créancières. Jusqu’à présent, le gouvernement allemand a toujours insisté pour dire que chaque pays était responsable de ses propres dettes et a associé son soutien pour le fonds de sauvetage de l’euro à de dures conditions.

Ce cap se révèle difficile à garder après que les mesures d’austérité imposées à la Grèce et à d’autres pays lourdement endettés les ont plongés dans une récession profonde, et maintenant l’Espagne, l’Italie et la France doivent payer des intérêts de plus en plus élevés sur leurs dettes. En conséquence, un débat virulent s’est déclenché en Allemagne sur la question de savoir combien d’argent doit être levé pour défendre l’euro.

Bien que les économistes s’accordent à dire qu’un échec de l’euro plongerait l’économie de l’Allemagne, qui est fortement tributaire des exportations, dans une crise désastreuse, le Parti libéral démocrate (Freie Demokratische Partei, FDP) et d’autres membres de la coalition gouvernementale de Merkel rejettent catégoriquement l’émission de soi-disant euro-bonds. D’autres membres de la coalition gouvernementale, et notamment l’opposition, le Parti social-démocrate (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD) et les Verts, considèrent que c’est le seul moyen de sauver l’euro.

De tels euro-bonds réduiraient considérablement le fardeau des intérêts des pays lourdement endettés tandis que l’Allemagne et d’autres pays auraient à payer des taux d’intérêt plus élevés.

Juste avant le sommet, des signaux étaient émis par le gouvernement allemand qu’il ne s’opposerait plus catégoriquement à la question des euro-bonds. Actuellement, toutefois, Merkel n’est pas en mesure de prendre une telle décision sans compromettre sa majorité gouvernementale.

Quant à Sarkozy, par considération pour la situation difficile de Merkel, il ne s’est pas prononcé publiquement en faveur des euro-bonds. Il a laissé le soin à des membres subalternes de son gouvernement de relayer les commentaires appropriés à la presse. A la fin du sommet, il a dit, « Les euro-bonds pourraient être imaginés à la fin du processus d’intégration européenne, pas au début. »

L’Allemagne attache des conditions extrêmement dures à toute approbation des euro-bonds. Les pays qui souhaitent utiliser de telles obligations pour financer les dépenses gouvernementales auraient à soumettre leur politique financière, fiscale et relative au marché du travail aux dictats des institutions européennes qui – tout comme la Banque centrale européenne – sont soi-disant « indépendantes », c’est-à-dire non soumises à un contrôle démocratique.

Ce processus consistant à mettre fin à toute responsabilité des gouvernements devant la volonté du peuple est déjà bien avancé. « Le cancer du mépris des élites européennes pour la responsabilité parlementaire, pour le principe de gouvernement responsable vieux de près de deux cents ans, est en train de se métastaser au fur et à mesure que s’aggrave la crise de la zone euro, » écrit le quotidien britannique Observer.

Les propositions que Merkel et Sarkozy ont présentées à Paris progressent davantage dans cette direction. Le « gouvernement économique » qu’ils préconisent n’a qu’une forme vague, mais va clairement dans le sens d’une dictature des intérêts financiers européens les plus puissants exercée sur l’ensemble des aspects de la vie sociale. Les budgets équilibrés qu’ils exigent signifient l’aliénation des parlements qui perdraient leur pouvoir le plus important – celui de décider des dépenses et des recettes de l’Etat.

(Article original paru le 18 août 2011)